echecs

 

1. L’histoire des échecs

 

Les échecs ont été inventés en Inde aux 6ème siècle de notre ère. Les Arabes ont emprunté les échecs aux Indiens et les Arabes les ont vendu aux Européens par la route de la soie. Les européens ont amélioré les échecs. Maintenant la plupart des joueurs d’échecs sont des vieillards parce qu’ils n’ont rien à faire.

 

2. Le jeu d’échecs oppose deux joueurs s’affrontant de part et d’autre d’un plateau appelé, échiquier composé de soixante-quatre cases alternativement claires (blanches) et sombres (noires), sur lequel évoluent huit pièces et huit pions clairs (appelés les « Blancs ») ainsi que huit pièces et huit pions sombres (les « Noirs »). Le but du jeu est de créer une situation qui aboutisse imparablement à la prise du roi adverse (situation dite d'échec et mat).

 

Ce jeu jouit d’un prestige particulier dans de nombreuses cultures. Il est surnommé en France « le roi des jeux » ou encore « le noble jeu ».

 

Du point de vue de la théorie des jeux, il s’agit d’un jeu de stratégie combinatoire abstrait de réflexion pure, fini, sans cycle et à information complète.

 

Le monde des échecs comporte deux domaines très indépendants :

  • le domaine de la partie,      qui est le jeu d’échecs proprement dit et dans lequel le mat      final résulte de l’affrontement entre deux joueurs ;
  • le domaine du problème, qui est un domaine      de création artistique dans lequel il n’y a pas d’affrontement et où le      mat final résulte uniquement de la volonté du compositeur présentée dans      une position initiale qui n’a pas forcément de relation avec une position      de partie réelle.

À partir de la position de départ, les joueurs jouent alternativement ; les Blancs jouant le premier coup. Chaque pièce du jeu dispose d'un mode de déplacement spécifique, les pièces qui se trouvent sur une case accessible en un coup peuvent être prises : elles sont dites menacées. Une pièce qui est prise est retirée du jeu, la pièce qui a effectué la prise prend alors sa place sur l'échiquier.

 

Lorsque le roi est menacé de prise, on dit qu'il est en échec. Si ce camp ne peut éviter la prise (par déplacement du roi sur une case non menacée, par interposition d'une pièce ou par capture de la pièce donnant échec), il y a échec et mat et la partie se termine, le joueur possédant ce roi a perdu.

 

Il existe de plus des règles spéciales de déplacement (roque, prise en passant) et la possibilité pour un pion atteignant le bord opposé de l'échiquier de se transformer en une autre pièce (promotion).